Le Poker, un divertissement social

L’image qu’on a du Poker a été construite des années durant, à force d’expositions continues aux films, aux séries télévisées et aux documentaires parfois inquiétants. Il n’est donc pas surprenant que pour beaucoup de personnes, le Poker soit une activité dangereuse, un vice dont il faut pouvoir spoker-742755_960_720-1‘écarter. En somme, une discipline dont il faut laisser la pratique aux professionnels et aux personnes fortunées !

On a tendance à s’imaginer que si l’on commence à jouer au Poker, on risque fort de ne pas pouvoir s’arrêter. Et que, de façon inévitable, on finira pas développer une dépendance au jeu, et se ruiner lamentablement.

Pourtant, le Poker est avant toute chose, et au-delà des considérations d’ordre monétaire, un jeu comme un autre. C’est un jeu de stratégie, un jeu de cartes, et un jeu de réflexion qui permet à ceux qui s’y adonnent, de se mesurer à d’autres participants. Le but même du Poker n’a jamais été de miser de l’argent ou de faire fortune. Et s’il est vrai que beaucoup de personnes ne s’y intéressent que pour ce volet, ce n’est en aucun cas la seule dimension de ce divertissement.

Il n’est pas rare de voir des groupes d’amis organiser des soirées Poker sans véritables enjeux monétaires. On peut distribuer des jetons sans valeur faciale, ou plafonner les mises à des montants raisonnables. L’idée est d’apporter au jeu le même degré de sérieux et la même tension qu’avec des enjeux plus grands, mais sans pour autant mettre ses finances en danger.

Ainsi pratiqué, le Poker est une jeu social qui réunit les gens, et qui les encourage à échanger. On en apprend énormément sur les joueurs, sur la façon dont ils pensent, sur les risques qu’ils sont disposés à prendre et sur leur capacité à gérer la pression. Il ne s’agit donc pas d’un jeu à diaboliser, mais plutôt d’un divertissement social qui a plus de vertus qu’on ne pourrait le penser à première vue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *